mardi 8 novembre 2016

Prochaine réunion thématique : Mardi 23 novembre 2016




La prochaine réunion thématique de
VENDEE INTERNATIONAL
 ***
L’AFRIQUE : MARCHE D’AVENIR ?

 aura lieu le mercredi 23 novembre 2016 à 15h30
dans les locaux de l'entreprise Menuiseries ELVA
7, La Marronnière – 85260 LES BROUZILS



Le continent africain joue, aujourd’hui, un rôle essentiel dans le monde économique. Il est primordial pour Vendée International de vous proposer une rencontre sur le thème de l’Afrique et ainsi, pouvoir cibler ensemble les opportunités de développement sur ces marchés et partager nos expériences respectives.


Renseignements et inscription : Mathilde.leman@vendee.cci.fr 

Le mot de l'adhérent : Franck AMIAUD


Créée en 1971 par Michel Amiaud lui-même, l’entreprise AMIAUD s’est développée en grande partie grâce au savoir-faire en transformation des métaux de son créateur ainsi qu’à son sens de l’innovation. La société Amiaud est devenue le 1er fabricant d’équipements pour la pêche en Europe.

La société est aujourd’hui divisée en deux branches : la pêche de loisir où la société rayonne sur l’ensemble de l’Europe avec des marques comme CARP’O, PIKE’N BASS et SEANOX et la sous-traitance industrielle qui lui a permis de tisser des relations professionnelles avec de prestigieuses entreprises comme BENETEAU ET JEANNEAU. 

Franck Amiaud, PDG et Anthony Amiaud, Directeur Général sont aujourd’hui à la tête d’une entreprise familiale de 35 employés.

AMIAUD vient de s’agrandir avec un bâtiment de 1 600 m² et a intégré des marques de distribution Japonaise, Néo-Zélandaise, Anglaise, Allemande, Espagnole pour son secteur pêche. Pour son activité de sous-traitance, l’entreprise vient d’investir dans le traitement de l’inox par l’acquisition d’une entreprise de polissage mécanique afin de mieux servir ses clients.

Grâce à son activité importatrice, l’entreprise a toujours nourri des liens avec l’international et est un membre de la première heure de Vendée International.

Les premiers pas à l’international

Michel Amiaud décide, dans les années 2000 de s’investir à l’export avec le recrutement d’un commercial pour son activité pêche. L’investissement est important tant en temps (déplacements, présence terrain, etc.) qu’en capitaux (recrutement, investissement, etc.). C’est en 2010 que l’entreprise change de stratégie, stoppe ses activités commerciales à l’étranger et se recentre sur le marché français. 

La vision

 Aujourd’hui, les marques AMIAUD sont présentes dans 900 boutiques spécialisées en France. L’entreprise souhaite pouvoir reproduire son modèle de développement français, dont les facteurs clefs de succès sont les excellentes relations B2B que l’entreprise entretient avec ses clients mais aussi la forte présence sur le terrain, sur le marché international. La partie export représente près de 10% du chiffre d’affaires et l’entreprise, forte de son image Made In France continue d’évoluer sur un marché de passionné.

Il y a 3 millions de pêcheurs en France, et à peu près l’équivalent en Allemagne. L’Europe, en général, est un marché porteur et offre de très belles opportunités de développement. (Espagne, Italie, Suède, Finlande, etc.) La stratégie de développement d’AMIAUD s’axe en priorité sur l’Europe mais également le Canada. Outre les facilités linguistiques avec le Québec, l’entreprise est déjà présente sur cette zone grâce notamment à l’un de ses anciens clients, devenu véritable ambassadeur de cette marque française qu’il affectionne tant. D’autre part, sur le long terme, le Canada peut devenir une porte d’entrée pour le marché américain (soit 30 millions de pêcheurs).

La structuration RH

Maxime Rapin, Responsable commercial gère également les activités internationales, dont 80% concernent les importations. Franck Amiaud et son équipe souhaitent recruter un étudiant en alternance dont le poste serait dédié à la gestion des activités internationales. L’assistant commercial aura pour mission de répondre à la demande qui vient de l’étranger et de soutenir le responsable commercial dans ses activités. Dans les prérequis : être à l’aise en anglais et/ou espagnol, avoir l’esprit d’équipe et idéalement la passion de la pêche.

 Le vrai défi

Forte de son expérience sur le marché français et de son secteur d’activité porteur, AMIAUD se tourne vers l’international et s’interroge sur le modèle d’internationalisation qui serait le mieux adapté. L’entreprise sait que pour se développer à l’international, à l’instar de sa stratégie sur le marché français, elle a besoin d’être présente sur le terrain et de proposer à ses futurs clients étrangers une offre commerciale adaptée. C’est pour cela qu’elle souhaite élargir sa gamme actuelle de produits AMIAUD. L’équipe dirigeante prépare et structure l’entreprise pour l’international.

Chasser en Meute

Quant à son activité industrielle, le dirigeant s’est rapproché d’autres entreprises de Vendée International, issues du même secteur d’activité pour travailler ensemble à la mise en place d’un groupement nautisme qui leur permettrait de mutualiser leurs efforts et de chasser en meute.

vendredi 4 novembre 2016

La Vendée obtient le label French Tech, l'écosystème des startups francaises.

La proposition portée par plusieurs acteurs économiques du territoire, dont la CCI Vendée, le SYDEV, le Conseil Départemental, Réseau Entreprendre et Oryon, est officiellement retenue dans le cadre du réseau thématique #CleanTech #Mobility.

La CCI Vendée accompagnera activement les entreprises dans ce projet de transformation des modèles économiques et la mise en oeuvre de technologies innovantes.

Toutes les informations sur le site
French Tech

mercredi 2 novembre 2016

Jeanneau fait don d'un bateau à la Croix-Rouge


HERBIERS (LES)

Le constructeur vendéen offre un hors-bord Merry Fisher 696 à l'équipe nautique de la Croix-Rouge à Paris. L'entreprise participe aussi aux Voiles de l'Espoir (sortir des enfants du milieu hospitalier), et accompagne sur le plan financier les Voiles sans frontières (convoyage de médicaments en Afrique). Jeanneau emploie 1 200 salariés aux Herbiers, et dispose de quatre marques (Jeanneau, Prestige, Wellcraft, Glastron). L'export représente 85% de son CA, dont un tiers réalisé aux Etats-Unis.

Source : MEAS Christian - Ouest France Edition Vendée, 11/10/16

Léon Dupont. Nouvelle marque, nouveau logo


NOTRE-DAME-DE-RIEZ

Exit La Bourine, welcome Léon Dupont ! La direction et l'équipe commerciale ont décidé de capitaliser sur ce nom connu et reconnu en France comme à l'étranger (55% du chiffre d'affaires) comme le spécialiste du canard de barbarie. L'entreprise emploie actuellement 85 personnes.

Source : Courrier Vendéen (Le), 06/10/16

Titok nourrit deux armées et les skippers du Vendée Globe


OLONNE-SUR-MER

L’entreprise dirigée par Christophe Landais a resigné pour trois ans avec l’armée française pour la fourniture de rations de combat lyophilisées. Le contrat porte sur 1,7 ME. Titok (40 salariés) a réalisé 8 ME de CA fin juin. Ses premiers clients restent la restauration collective (60% du CA). Viennent ensuite les marques distributeur (MDD) de la grande distribution (25%) et la nutrition sportive qui représente 15%. Aujourd’hui, 10% du chiffre d’affaires de l’entreprise est réalisé à l’export. Outre l’armée britannique, c’est du côté des pays scandinaves qu’il faut chercher les clients de Titok. Et sur les pontons du Vendée Globe, «90% des skippers doivent manger nos produits» selon le dirigeant. Une extension du site de production est envisagée après avoir lancé en mars dernier la construction d’un entrepôt de stockage de 1.100 m2, soit un investissement total de près de 1,6 ME. Une dizaine d'opérateurs de production devraient être recrutés.

Source : Journal des Entreprises (Le) - Newsletter, 26/10/16,

NVEquipement : Former en interne et recruter.



SAINT-GILLES-CROIX-DE-VIE

Le fabricant vendéen de protections pour bateaux (capotes, tauds...) va recruter vingt personnes d'ici janvier. Douze d'entre elles seront formées en interne. Employant une centaine de salariés, elle a réalisé 9,6 ME de CA sur la période 2015-2016, dont 25% à l'export. L'usine produit environ 15 000 unités par an et revendique être leader européen de son secteur.

Source : BORGA Adrien Journal des Entreprises (Le) - Loire-Atlantique Vendée, 10/2016

Entre la BPI et Mercier, une « greffe » maîtrisée


Europe de l’Est, Canada, Amérique du Sud, Chine… Les pieds de vigne de l’entreprise Mercier font le tour du monde. La Banque publique d’investissement n’y est pas étrangère, car elle "nous permet de rester à la pointe de la technologie, analyse Guillaume Mercier. Elle a financé une partie des infrastructures de production et de mécanisation." L'entreprise familiale réalise un chiffre d’affaires d’un peu plus de 16 ME et emploie près de 200 salariés lors des pics de production

Source : ECALLE Philippe - Ouest France Edition Vendée, 25/10/16

Les nouvelles astuces de la "chasse en meute"




Pour aider les petites entreprises à prospecter à l'international, de nouvelles pratiques d'entraide et de partage d'expérience émergent. Parmi elles, Export Impulse, une plate-forme de mise en relation d'entreprises intéressées par l'export. Une sorte de Airbnb pour les professionnels créée par le Syntec numérique et le pôle System@tic. Une quarantaine d'entreprises ont déjà rejoint la plate-forme.

Source : L'Usine Nouvelle, 13/10/16



Plus d'information sur le site :  http://www.export-impulse.org/fr/






vendredi 7 octobre 2016

Le mot de l'adhérent : VMI et l'international.

VMI, The Mixing Company. 




Exclusivement dédiée au mélange, VMI propose une gamme complète de solutions adaptées au mélange des matières premières les plus variées. Puisant ses origines dans le développement des pétrins boulangers, VMI a étendu son savoir-faire au service des industries pour lesquelles le mélange, le pétrissage, le malaxage, l’homogénéisation, la dispersion ou l’émulsion constituent des étapes importantes de leurs fabrications. L’entreprise répond aux besoins d’un large spectre d’activités : boulangerie, pâtisserie, snacking, cosmétique, pharmacie, chimie des spécialités, coating. Les machines de mélange VMI se veulent toujours plus innovantes, performantes et adaptées aux spécificités de chaque type de production.

Dans les années 90, l’entreprise fait de l’international son levier de développement. Aujourd’hui, sur son activité boulangerie industrielle, VMI réalise 80% de son chiffre d’affaires à l’export.  Claire Auffrédou, Responsable Marketing, indique que « l’international n’est jamais un combat gagné d’avance ». Bien au contraire, le marché export est mouvant et il est nécessaire pour VMI de faire preuve d’agilité. Tournée vers l’international, l’entreprise repense et adapte son organisation continuellement.

Le marché européen, premier marché export de VMI, a beaucoup évolué en 20 ans et arrive à maturité. L’entreprise s’ouvre aujourd’hui aux pays émergents. Sans parler d’« eldorado », le potentiel existe à condition de bien comprendre les besoins de ces marchés et d’en maitriser les processus. Certains marchés, tels que les Etats-Unis, offrent de belles opportunités de développement, mais trouver le bon interlocuteur pour répondre aux interrogations et être accompagné, n’est pas toujours facile ! Ainsi, Dominique DENOËL, PDG de VMI, regrette le manque de visibilité du système et le trop grand nombre d’interlocuteurs spécialistes de l’accompagnement des entreprises à l’international. Il préconise la simplification des aides dédiées au grand export ainsi qu’une meilleure cohésion entre les grands acteurs français de l’internationalisation : syndicats professionnels, associations, réseaux et organismes. Pour le dirigeant, le développement international est « avant tout du travail, du temps et savoir prendre des risques. ». Pour revenir à l’essentiel, « il faut rester pragmatique et écouter le marché ».